Momento Espírita
Curitiba, 23 de Maio de 2019
busca   
Par titre  |  Dans le texte   
ícone Le sourire de la foi (audio)

Les opérations chirurgicales chez les jeunes enfants laissent tout le monde, et plus particulièrement les parents, avec la sensation d’avoir le cœur serré d’angoisse.

Remettre la vie d’un être cher entre les mains d’un inconnu est une décision des plus douloureuses à prendre.

À un moment, il est là avec vous à jouer, à vous embrasser, à s’amuser, sans savoir ce qui l’attend bientôt. Et puis le voilà inconscient allongé sur une civière – sous anesthésie générale.

C’est peut-être la première leçon de détachement donnée par la vie à ses parents...

C’était donc le cas de cette petite fille de trois ans arrivée à l’hôpital toute guillerette à sept heures du matin, comme si elle allait passer une journée ordinaire à se divertir.

Comme la plupart des enfants, elle n’aime pas trop les consultations médicales lors desquelles le docteur ou la doctoresse l’ausculte dans tous les sens, de haut en bas, de bas en haut, qu’il la palpe ici ou là, mesure ceci, fait des examens pour cela.

Si elle avait pensé comme les adultes, elle aurait certainement demandé : Comment se fait-il que les médecins trouvent tant de trous dans mon corps pour y mettre ces instruments étranges et glacés ?

Aussi, lorsqu’elle vit son pédiatre protégé par un masque, une toque et une blouse, elle se dit que quelque chose de singulier était en train de se passer.

Elle tressaillit et resta à regarder sa mère fixement.

Ses parents, qui l’avaient préparée quelques jours auparavant en lui faisant comprendre ce qui allait lui arriver, lui répétèrent avec des mots simples que le docteur allait l’aider à mieux respirer, à être moins malade.

Ils ne lui avaient pas menti ni ne l’avaient trompée en lui disant qu’elle n’aurait pas mal. Mais sachant combien les douleurs postopératoires font souffrir les petits, ils lui avaient expliqué qu’ils seraient à ses côtés à son réveil et que la douleur passerait.

Et voilà que sa mère emportait sa fille jusqu’au bloc opératoire où elle allait être mise sous sédatif. Elle craignait sa réaction en voyant la salle d’opération.

Toutefois, la petite surprit tout le monde. Elle s’allongea tranquillement. Dans la pièce, il y avait d’autres professionnels et lorsqu’on lui mit le masque avec le sédatif, elle leva les yeux, eut un grand sourire et ferma les paupières.

Plus tard, l’anesthésiste résident, enchanté, se tourna vers la mère et lui dit : Quel ange ! Je n’ai jamais gagné un sourire aussi vrai...

Elle avait confiance en eux. Elle avait confiance en ses parents. Elle leur faisait confiance.

*   *   *

Et notre confiance en Dieu, qu’en est-il ?

Est-ce que nous appréhendons le Créateur comme ce médecin compétent qui sait ce qu’il fait et à qui nous remettons nos vies entre ses mains ?

Il nous arrive parfois de le comprendre à la façon dont un enfant de trois ans perçoit les connaissances d’un professionnel qui a des décennies d’expérience – soit en presque rien.

Et c’est parfaitement normal. Il va grandir et un jour sera en mesure de mieux appréhender les choses de la vie.

Mais tant que cette petite ne le comprend pas parce qu’elle ne le connait pas, elle a ses parents pour lui rappeler : Tu peux avoir confiance. Ils sont là pour lui dire la vérité sur ce qui va se passer, la vérité adaptée à sa réalité.

Il en va de même avec nous, avec la vraie religion qui nous lie au Créateur par les sentiments et la raison.

Le sourire de la foi est la certitude que tout ce qui nous arrive est pour notre bien, que ça nous plaise ou non, que ça nous soit agréable ou non.

La foi nous donne une vision plus large de l’existence. Elle nous fait sortir de la caverne pour nous montrer la lumière à l’extérieur.

 

Rédaction du Moment Spirite.
Traduction réalisée dans le respect des « Rectifications
orthographiques du français en 1990 » de l’Académie française
(http://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/rectifications_1990.pdf). NdT
Traduction de Gootjes Irène
Le 10.4.2019.

 

Écoutez l'audio de ce texte

© Copyright - Momento Espírita - 2019 - Droits de reproduction réservés - Disponible depuis le 28 mars 1998 (en portuguais)