Momento Espírita
Curitiba, 15 de Agosto de 2020
busca   
Par titre  |  Dans le texte   
ícone Quand la douleur est mondiale (audio)

Que faisons-nous lorsque nous voyons souffrir des membres de la famille humaine?

Les nations et les gouvernements souffrent. Nous souffrons tous, parce que nous sommes tous sur la même planète, la Terre, séparés uniquement par des frontières.

Mais lorsque la pandémie les a franchies, nous l’avons tous compris. Nous sommes une seule et grande famille.

Ce qui est bon pour certains, l’est pour tout le monde. Ce qui touche certains, touche tout le monde.

Il nous peine de voir tomber malade et mourir beaucoup de nos frères et soeurs.

Au milieu du chaos, nous nous rendons compte a quel point nous ressemblons vraiment à notre Créateur.

Dieu allume des lumières vives dans la lave destructrice des volcans. Dieu renouvelle l’air après la tempête dévastatrice.

Dieu borde les prairies de fleurs et rénove les paysages après les ouragans dévastateurs.

Nous, Ses enfants, pouvons allumer des lampes dans l’obscurité. De l’espoir au milieu de la tragédie. Nous chantons alors que les larmes abondent dans nos cœurs.

Nous élevons nos prières, dans toutes les langues et dans toutes les croyances.

Nous utilisons la technologie pour nous rassembler. Pour présenter des spectacles virtuels. Pour rencontrer des amis. Pour organiser des salles de retrouvailles ou d’études. Pour partager des prières.

Nous atténuons la nostalgie. Nous apprenons à nous embrasser virtuellement, en renouvelant le désir de nous retrouver, peut-être bientôt.

En Italie, l’un des pays les plus durement frappés par le coronavirus qui s’est propagé rapidement, fauchant des vies, le choeur Internazionale lirico sinfonico, a donné une leçon d’altruisme et de gratitude.

Ils se sont réunis lors d’une répétition virtuelle et ont executé Vá pensiero, de l’Opéra Nabucco, de Giuseppe Verdi.

 Pour les italiens, le choeur des esclaves hébreux, troisième acte de l’Opéra, est devenu un symbole de patriotisme. Verdi l’a composé en 1842 pendant l’occupation autrichienne, dans le nord du pays.

Dans les moments difficiles, on se remémore de cette chorale. Il est possible que presque tous les Italiens la portent dans leur cœur.

C’est une lamentation, une prière qui pleure la patrie souffrante et perdue. Une clameur aux ciels. Rien de plus approprié ces jours-ci.

Ce qui émeut, en outre, ce n’est pas seulement le message d’espoir de jours meilleurs.

 C’est l’hommage et la manifestation de gratitude faite au personnel médical et au personnel soignant.

Nous croyons qu’ils n’ont jamais été aussi honorés et commémorés comme ils le sont aujourd'hui.

Ces serviteurs de la collectivité qui sont toujours prêts à agir au moment des tragédies, autant que dans la vie quotidienne pleine de souffrances des hôpitaux, des cliniques et des foyers. Ils forment le peloton qui est au front de la bataille.

Un front où ils utilisent les armes de la science médicale et leur courage, pour diagnostiquer, pour soigner.

Ils ont également une famille et leur santé à préserver. Mais ils sont là, prêts à se battre chaque jour pour la vie des autres.

Rien de plus juste que de nous souvenir d’eux et de les inclure dans nos prières.

Puissent ces journées nous servir à tous, pour méditer sur la fragilité de la vie, et sur la façon dont nous devrions profiter de chaque minute qui nous est donnée sur Terre.

Apprenons que la meilleure chose à faire est d’être bon, serviable, fraternel et utile.

Après tout, nous avons besoin et nous dépendons énormément les uns des autres, nous sommes tous membres de la même grande famille.

 Rédaction du Moment Spirite
Traduit par Jusi, Denize
Le 27.4.2020.

 

Écoutez l'audio de ce texte

© Copyright - Momento Espírita - 2020 - Droits de reproduction réservés - Disponible depuis le 28 mars 1998 (en portuguais)