Momento Espírita
Curitiba, 29 de Maio de 2024
busca   
Par titre  |  Dans le texte   
ícone Jésus et les femmes

Il était venu pour les brebis perdues de la Maison d'Israël. Il S'est présenté comme le Bon Pasteur, celui qui donne Sa vie pour Ses brebis.

Toute Sa vie a été un hymne d'amour pour Son troupeau.

Il offre consolation, dignité et patience. Il est toute gratitude.

Il a accordé une attention particulière aux femmes.

Il traverse la Samarie pour rencontrer Photina. Elle n'était pas un modèle de vertu.

Comme Il lui dit lui-même, elle a eu cinq maris. Et l'homme avec qui elle vivait n'était pas son mari.

C'est à cette samaritaine qu'Il se présentera comme le Messie, Celui que le peuple attendait depuis des siècles.

Ils avaient presque perdu espoir, car les voix prophétiques s'étaient tues depuis cinq cents ans.

Il lui offre l'eau vive, l'eau qui apaise la soif pour toujours. Celui qui la boit n'aura plus jamais soif.

Elle sera la messagère de la ville de Sychar, où elle habitait. A l'avenir, elle sera connue sous le nom de L'Illuminatrice.

À Magdala, il y avait une femme qui était très mal vue. Pendant la journée, tout le monde détournait le regard et personne ne lui parlait.

C'était une marchande d'illusions. Ceux qui ne la connaissaient pas publiquement, la recherchaient la nuit pour satisfaire leur propre faim de plaisir.

Lorsqu'elle a découvert le véritable amour, elle a été transformée. Elle refait sa vie, à l'incrédulité de ceux qui la voient désormais sans le faste de son manoir et sans ses serviteurs.

C'est à cette femme que le Divin Berger a réservé la première grande nouvelle. Il était vivant. Et Il lui dit de porter la nouvelle à Ses disciples, à tous ceux qui pleuraient Sa mort sur la croix.

Héraut de la résurrection.

Jésus était juif. Il connaissait la loi et les coutumes. Que voulait-Il dire par Ses gestes, en mettant l'accent sur la femme ?

Peut-être Il voulait rappeler au peuple les vertus des femmes qui ont fait partie de l'histoire honorable d'Israël.

Avaient-ils oublié la sagesse de Déborah, quatrième juge d'Israël ?

La reine Esther, épouse du roi Assuérus, qui dénonça courageusement le complot qui allait entraîner la mort de centaines de juifs ?

Ont-ils oublié Ruth, la moabite, qui accompagne sa belle-mère, toutes deux veuves, jusqu'à Bethléem ? Son but était de la servir, de l'aider.

Ton peuple sera mon peuple. Ton Dieu sera mon Dieu.

C'est ainsi qu'elle s'exprime et se définit dans toutes ses actions. Cette femme extraordinaire deviendra l'arrière-grand-mère du roi David.

Les hommes ont-ils oublié la grandeur de tant de femmes ?

N'honorait-on Rachel, la mère spirituelle de la nation israélite ? Avaient-ils oublié Léa, la première femme de Jacob, qui a enfanté quatre des fils des douze tribus d'Israël ?

C'est pourquoi Jésus fait l'éloge de la réforme morale de Photina. La transformation extraordinaire de Marie de Magdala.

À un autre moment, Il fait éloge de l'amitié et de l'affection sincères de Marie de Béthanie.

Et surtout, il vénère la femme qui Lui a servi de mère : Marie de Nazareth.

À elle, tous les soins et toutes les attentions.

Femme, voici ton fils.

Il confie Sa mère à une personne dont Il sait que prendra soin d'elle. Bien plus que Ses frères, qui avaient leurs propres familles et leurs propres affaires.

Les femmes ont formé avec reconnaissance une couronne vivante, et L'ont accompagné partout où Il est allé, jusqu'au pied de la croix.

Rédaction du Moment Spirite
Le 4.12.2023

 

© Copyright - Momento Espírita - 2024 - Droits de reproduction réservés - Disponible depuis le 28 mars 1998 (en portuguais)